Plasticité cérébrale : 4 règles d’or

Souvenons-nous. Lors des six premières années de sa vie, l’être humain possède un mécanisme cérébral que l’on pourrait dire absorbant, le dotant du pouvoir d’incarner l’environnement sans effort, en réalisant pour chaque expérience vécue, un nombre impressionnant de connexions neuronales. Et, parmi les centaines de connexions qu’il crée par seconde, le cerveau ne conserve que les connexions les plus fréquemment utilisées. C’est ce que l’on appelle l’élagage synaptique, c’est ainsi que l’être humain apprend et se spécialise.

Puisque le cerveau ne conserve que les connexions les plus fréquemment utilisées, par conséquent, ce sont les expériences quotidiennes de l’enfant qui s’encodent et structurent directement l’architecture de son cerveau. Un beau matin, nous rions de le voir faire comme nous, de parler comme nous, de bouger ou de réagir comme nous : c’est souvent un moment particulièrement drôle, surprenant, voire difficile, car l’enfant nous renvoie en miroir les gestes ou les attitudes que nous lui avons transmis inconsciemment, simplement en vivant à ses côtés. Nous pensons qu’il nous imite, mais il serait plus exact de dire qu’il manifeste à l’extérieur ce qui s’est encodé à l’intérieur.

AsmaUne étude saisissante, menée en 1995, illustre la puissance de ce phénomène. Des centaines d’heures d’interactions entre des enfants et des adultes dans 42 familles de tout le spectre socio-économique ont été enregistrées. Les enfants ont été suivis de l’âge de 7 mois jusqu’à l’âge de 3 ans. Les chercheurs ont constaté que 86 à 98 % des mots utilisés par les enfants à 3 ans provenaient directement du vocabulaire de leurs parents. Mais ce n’est pas tout. Non seulement les mots qu’ils utilisaient étaient identiques à ceux de leurs parents, mais le nombre de mots utilisés, la longueur et le style des conversations étaient également les mêmes. Par exemple, les parents de familles les plus pauvres avaient tendance à faire des commentaires courts et superficiels, comme “Arrête,” ou “Descends,” alors que les familles plus favorisées avaient de grandes conversations avec leurs enfants sur une grande variété de sujets.

Il faut donc l’entendre, qu’on le veuille ou non, ce sont ces petites choses auxquelles nous ne faisons pas forcément attention – la façon dont nous parlons, dont nous agissons et réagissons au quotidien – qui structurent, sans aucun filtre, les capacités et les comportements de nos enfants. Autrement dit, nos attitudes préparent les leurs. Cela doit être dit, redit et entendu. Il nous faut maintenant agir en conséquence, aussi bien à la maison qu’à l’école.

#1 Exemplaire tu seras.

Exemplaire tu seras.Quels sont nos comportements, nos mécanismes quotidiens ? Sont-ils en cohérence avec les comportements et les attitudes que nous voulons voir fleurir chez nos enfants ? Commençons donc par là : que l’on soit parent ou enseignant, accompagner un enfant exige une présence à soi, une observation consciente de nos propres gestes et attitudes. Si nous souhaitons voir l’enfant s’exprimer joliment et avec aisance, avoir des gestes délicats et harmonieux, ou faire preuve d’empathie, il n’y a pas 36 solutions : la première des choses à faire est de le faire soi-même. Il s’agit là de la première règle d’or appliquée dans la classe de Gennevilliers, et, je ne vous le cache pas, ce fut la plus difficile à respecter dans l’urgence d’une classe de plus de 25 enfants. Néanmoins, lorsque l’on sait que l’enfant possède un mécanisme cérébral aussi puissamment absorbant, qui se structure à partir de tout ce qu’il perçoit, et que l’on passe en moyenne 6h par jour avec lui dans une classe, cet effort n’est pas une option, c’est une responsabilité.

#2 La démonstration tu feras.

Incarner soi-même les attitudes ou les gestes à transmettre à l’enfant est un excellent début, mais ce n’est pas suffisant : il faudra également les lui montrer explicitement. Par exemple, lorsqu’il essaiera de dérouler un tapis de la classe – même s’il nous voit régulièrement le faire correctement – il faudra le lui montrer. Même chose pour se laver les dents, ranger sa chaise ou simplement saluer quelqu’un.

Rouler un tapis

Une démonstration claire, c’est à dire silencieuse et séquencée, permet d’optimiser la transmission des gestes. Néanmoins, pour que l’enfant puisse les reproduire, il faudra que les circuits cérébraux nouvellement créés se renforcent, c’est à dire qu’il faudra que l’enfant voie et répète plusieurs fois l’expérience.

#3 La démonstration, plusieurs fois, tu feras.

Et le lâcher prise tu pratiqueras. Car, nous venons de le dire et il est toujours bon de le répéter : la transmission, immédiate ne sera pas. Il faudra du temps, de la fréquence et de la pratique pour que les circuits cérébraux nouvellement créés se renforcent et transforment des comportements observés en acquis solides. Dans son livre, le Dr Catherine Gueguen rapporte : “Quand les expériences vécues sont répétées, les connexions et les circuits cérébraux sont consolidés en cinq ou six mois.” Il faudra donc faire preuve de patience, et de lâcher prise : si l’enfant ne reproduit pas immédiatement ce que vous lui montrez, respirez, c’est tout à fait normal. Les aptitudes que nous souhaitons lui transmettre – telle que ranger délicatement sa chaise ou attendre son tour – ne seront donc pas acquises en une fois (ni en deux, ni en trois), c’est par les expériences et les observations répétées que l’enfant les construira.

Victor

Une façon très efficace et naturelle de fournir ces expériences et ces observations répétées, est de placer les enfants dans un environnement où ils pourront évoluer avec des enfants plus âgés, qui ont déjà acquis ce que l’on souhaite transmettre aux plus jeunes.

#4 Le mélange des âges tu vénéreras.

Prenons l’exemple d’une classe traditionnelle. En première année de maternelle, l’enfant devra principalement apprendre les gestes de l’autonomie et développer ses capacités langagières. A priori, il ne va pas absorber ces gestes ou un meilleur niveau de langage avec ses copains de classe à peine plus autonomes ou plus à l’aise linguistiquement que lui. L’Institution ose ce que la nature a sans doute jugé trop risqué – ou trop limitant : elle désigne une seule personne, l’enseignant. Ainsi, en caricaturant un peu, la source d’absorption pour l’enfant de maternelle dépend d’une seule personne, ce qui, en plus d’être inacceptable pour le cerveau en pleine maturation qui demande à être nourri généreusement, est inacceptable pour la santé de l’adulte qui peut vite s’épuiser à nourrir plus d’une vingtaine d’enfants. Une autre façon plus adaptée d’organiser la classe, serait de renverser ce flux vertical d’énergie inadapté pour tout le monde, et de le passer à l’horizontal. Comment ? En réunissant des enfants d’âges différents et en les laissant interagir librement au sein d’un environnement structuré.

La classe de Gennevilliers comprenaient trois niveaux d’âges. Les enfants effectuaient leurs trois années de maternelle dans la classe, en montant d’un niveau chaque année. Ainsi, nous accueillions chaque année des enfants de petite section pour compléter le groupe.

Victor & WilliamDe cette façon, l’intelligence plastique des petits se voit richement nourrie, non plus seulement en situation d’apprentissage, mais également dans un contexte vivant et dynamique ; ils observent et interagissent plus de 6h par jour avec des camarades de classe plus âgés : ils n’ont plus seulement l’adulte pour #exemple, ils ont toute une classe d’enseignants qui leur fournissent de belles #démonstrations #répétées simplement en vivant à leurs côtés. Les grands aident spontanément les petits, et les petits adorent ça. La classe devient un lieu d’émulation, de liberté et d’expression des potentiels, d’interactions sociales riches, d’émancipation – pour tous.


En début d’année, les gestes de l’autonomie sont transmis aux plus petits. Voici trois vidéos pratiques qui reprennent ces quatre règles d’or neuro-adaptées #1 exemple, #2 démonstration, #3 répétition, #4 mélange des âges. 

La transmission de ces gestes durera plusieurs semaines, elle sera répétée et quotidienne avant que les gestes ne soient acquis par les enfants. Il est donc important de pouvoir compter sur l’aide et la complicité d’un(e) ATSEM patient(e) et bienveillant(e). Sentez-vous donc libre de visionner ces vidéos en leur présence.

69 commentaires
  1. Chichi a dit:

    Ce qui figure dans cette page est incroyable. Simple et incroyable.

    Je veux dire que la plupart des pédagogues n’ont pas même conscience de tout cela.
    J’ai souvenir dune éminente professeure de mathématiques qui ne pensait qu’à « sa » didactique, incapable de voir ce qui se passait réellement dans la salle, après laquelle on récupérait la salle l’informatique en b…, la sécurité n’étant pas assurée en cas d’incendie par les tables déplacées et les sièges parsemant les allées.

    De toutes façons, les résultats sont là. Et dire que c’est fini, que le ronronnement bruyant est revenu… :-(

  2. Leslie a dit:

    Bravo pour le travail Céline! Vous êtes une vraie source d’inspiration!
    Je partage l’article.

  3. Nanoug a dit:

    A reblogué ceci sur coucoulesbateauxet a ajouté:
    Voici un article très intéressant (une fois de plus!) proposé par Céline Alvarez, dont le travail et la réflexion sur l’apprentissage sont à découvrir si ce n’est pas déjà fait!

  4. Mylène a dit:

    Merci ! Mille mercis pour cette aide précieuse que vous nous apportez !!! Nous sommes nombreux à essayer de suivre votre chemin, mais la route est semée d’obstacles que vous nous aidez à franchir ! Alors merci encore et surtout CONTINUEZ S’IL VOUS PLAIT ! On a besoin de gens comme vous pour avancer dans l’Education Nationale !

  5. LIBERT a dit:

    Un immense merci pour ces choses évidentes au fond de de nous mais que vous révélez au grand jour et à nous-mêmes…..c’est exactement la même chose que quand je lis Pierre Rabhi…. »bon sang, mais c’est bien sûr! »……
    Une question très pratique: pourquoi arrêter à 3 les niveaux mélangés???Et les GS alors, de qui apprennent-ils, eux???

    • Merci Hélène, je suis très heureuse de lire à travers les commentaires que mon travail est utile et fait écho. Cela m’encourage à poursuivre, alors merci beaucoup à nouveau pour vos encouragements. Concernant les 3 niveaux, je pensais à petite, moyenne, et grande sections : ils incluent donc les GS. Nous reparlerons de cela prochainement, le mélange des âges est très intéressant lorsque les différents âges réunis sont dans la même période critique de développement, ils ont les mêmes besoins fondamentaux et c’est le cas pour les 3-6 ans.

      • Claude B a dit:

        Merci pour le travail! :-)
        Il serait plaisant d’écrire des livres « simples » pour diffuser vos méthodes. Il faut absolument que le maximum de français en aient connaissance.

  6. corinne virmont a dit:

    Apprendre… quel plaisir ! Ces beaux regards et sourires échangés… Merci

  7. Merci, je partage depuis un an votre expérience en ligne. J’en fait profiter mes élèves (cours de théâtre), enfants, adultes comme seniors!

  8. Aurélie a dit:

    Bonjour,
    Merci pour votre partage d’expérience. Cela représente une aide très précieuse. J’ai néanmoins deux questions pratiques:
    – par rapport à la démonstration, comment avez-vous géré cela en début d’année étant donné qu’aucun de vos élèves ne devait connaître le matériel mis à leur disposition? Même avec une ATSEM, comment avez-vous pu faire une démonstration par élève? Et comment avez-vous canalisé les autres enfants lorsque vous faisiez une démonstration?
    – par rapport au plaisir d’apprendre et d’aller vers ce qui les attire, n’avez-vous pas tout de même institué des moments de lecture en groupe, comme on le voit sur vos vidéos? Cela est-il un rituel? Cela vous est-il apparu comme nécessaire?
    Je vous remercie pour le temps que vous prendrez pour nous répondre.
    Cordialement.

    • Bonjour Aurélie, je vais répondre à ces questions très prochainement en essayant d’étayer le propos avec des vidéos. Ces questions sont en effet fondamentales pour le démarrage d’une classe, je souhaite donc prendre le temps d’y répondre avec précision. Si après cela vous aviez d’autres questions, n’hésitez pas à me le signaler, je complèterai davantage mon propos.

      • Aurélie a dit:

        C’est vraiment agréable de vous savoir attentive à la transmission de votre expérience et de vos savoirs.
        Au plaisir de continuer à vous lire!

  9. Stéphanie Cléro a dit:

    bonjour,
    je suis devenue une accro de votre blog, et souhaiterais vraiment mettre tout cela en application dans ma classe. j’ai 2 difficultés actuellement : comment répartir les enfants en mélangeant les classes d’âge, comment commencer l’année ?

    • Bonjour Stéphanie, je répondrai à cette question très prochainement également pour que vous puissiez commencer une nouvelle année scolaire en septembre avec toutes les données nécessaires. Excellente soirée, Céline

  10. Julien a dit:

    Très impatient de lire la suite de vos écrits. Remplaçant régulièrement dans des classes maternelles depuis plusieurs années, je ne cesse d’être mal à l’aise avec les pratiques les plus courantes, sans pour autant savoir comment faire autrement, cherchant des réponses à mes questions, je suis tombé par hasard sur votre blog… Cette découverte me fit l’effet d’une bouffée d’air frais (si j’oublie le sentiment de colère qui m’a envahi quand j’ai su les suites que l’E.N avait donné à votre « expérimentation »), et me redonna espoir. Il me tarde d’en savoir plus. Merci et bravo pour votre investissement et le partage.

  11. marie cnudde durand a dit:

    Un grand merci pour ce partage bienveillant !

    Marie :)

  12. béatrice a dit:

    merci beaucoup, céline, c’est au détour de mes péregrinations sur le net que je suis tombée sur votre blog qui a été une véritable révélation et que depuis un an, j’ai changé mes pratiques, cet été, stage montessori, mais vos conseils avisés seront toujours les bienvenus et des piqures de rappel nécéssaires !

  13. Nathalie a dit:

    Bonjour Céline,
    J’attendais avec impatience le début de votre accompagnement. J’ai la chance d’avoir obtenu un triple niveau cette année avec une autre collègue. J’ai gardé mes anciens élèves et j’ai renouvelé environ 1/3 de la classe. Dans la vidéo « s’asseoir » vous parlez de démonstrations courtes et amusantes qui ne doivent pas venir en correction immédiate d’un geste inapproprié de l’enfant. Ce point m’intéresse particulièrement: quelle place pour le geste inapproprié de l’enfant? Quelle place pour l’erreur? Quelle attitude de l’adulte?
    Au sein de notre équipe, le débat n’est pas tranché…

    • Bonjour Nathalie, c’est une question dont nous discuterons prochainement toujours sous l’éclairage des sciences du développement. J’espère que cela vous apportera un nouvel éclairage pour vos discussions au sein de l’équipe. Bravo pour votre triple niveau ! N’hésitez pas à m’envoyer vos questions par mail. Je les mets de côté pour y répondre prochainement par des articles très ciblés. Belle journée à vous, Céline

  14. stéphanie a dit:

    Merci encore pour ce nouvel article et ce partage si enrichissant.Je vous suis depuis 1 an et j’essaie d’appliquer peu à peu vos conseils dans ma classe de GS.C’est une source d’épanouissement pour les enfants .Encore bravo!
    Bonne semaine !

  15. Virginie a dit:

    Bonjour, je trouve votre travail et vos constats quant à l’éveil et aux apprentissages des enfants tellement plein de bon sens… je ne comprends pas à ce jour et malgré de nombreuses études, de nombreux essais et rapports qui vont dans ce sens que nous n’ayons toujours pas ou si peu fait évoluer notre système éducatif (je parle des accueils de l’enfance, et de l’école bien sûr)…
    Habitant à Cholet (dans le 49), j’aimerais vraiment permettre à mon bébé (10 mois) de pouvoir bénéficier de ce type de cadre… mais je ne sais où chercher, ni s’il est ce type de structure par ici… sauriez vous comment trouver ces écoles qui ont ce type de système en place ?
    Merci d’avance pour vos conseils si vous en avez !
    Et merci pour votre travail, passionnant et tellement… limpide quand on vous lit !
    Virginie

    • Merci pour votre message Virginie. Avez-vous vu le très inspirant documentaire de Clara Bellar, Etre et Devenir ? Je vous invite à le visionner. Cela pourrait vous donner des idées pour votre bébé. Bien chaleureusement, Céline

  16. Sandrine a dit:

    Bonjour Céline,

    Un grand merci. Ton éclairage m’a permis de comprendre pourquoi je n’avais pas réussi jusque-là à leur apprendre à ranger leur chaise silencieusement et délicatement. Tes vidéos apportent des conseils très précis, et complémentaires à ceux que l’on peut trouver dans les livres de Maria Montessori. Bravo !

    D’autre part, j’ai une question plus technique à te poser. Est-il possible de télécharger ces 3 vidéos (et si possible aussi celle de l’accueil de ton blog avec les enfants) afin de les partager avec mon ATSEM. Car nous ne sommes pas connectées à Internet dans la classe.

    Bonne continuation.

    Bien cordialement,

    Sandrine.

  17. claire a dit:

    Bonjour Céline,
    tout d’abord merci pour tout ce que tu partages sur ce site. Ce que tu as fait dans cette classe est formidable. Je suis moi-même enseignante en REP ( en zone rurale ) et suite à la découverte de ton site, j’ai décidé de changer petit à petit mes pratiques pédagogiques (j’ai d’ailleurs hâte de voir les prochaines vidéos).

    J’ai cependant deux questions:

    -faisais-tu de la motricité? Si oui, comment gérais-tu les trois niveaux ensemble ? (c’est ce qui me posait le plus de problème lorsque j’avais moi-même une classe multi-âge. )

    -à la vue du niveau de leurs enfants, certains parents n’ont-ils pas souhaité qu’ils sautent une classe ? (je constate souvent que lorsqu’un enfant entre dans la lecture en moyenne section, les parents demandent à ce qu’il passe directement au CP de peur qu’il s’ennuie et alors même que l’enfant ne manifeste aucun signe dans ce sens). Si oui, que leur as-tu répondu ?

    Merci encore pour votre travail.

    Claire

    • Bonjour Claire, merci pour votre message. Nous ne faisions pas de motricité telle qu’on la pratique traditionnellement en maternelle, mais nous reviendrons sur la question du développement moteur à l’occasion d’un article spécialement dédié à ce sujet. Concernant le saut de classe, aucun parent ne l’a demandé en cours de maternelle, constatant que leur enfant avait encore beaucoup de choses à découvrir en grande section (au regard de ce qui leur était offert dans la classe). Bonne journée, Céline

  18. Stéphanie a dit:

    Bonsoir Céline.
    Je suis directrice d’école maternelle. Mon équipe et moi-même souhaitons répartir les élèves pour la rentrée 2015-2016 de façon à créer 4 classes de TPS/PS/MS/GS. Comment rassurer les parents sur ce fonctionnement auquel nous adhérons? Est-ce que les TPS peuvent intégrer ce genre de classe multi-âge? Peut-on débuter cette pédagogie sans matériel spécifique Montessori, mais en fabricant nos propres ateliers? Comment débuter l’année scolaire? Quelles traces, quelles évaluations avais-tu mis en place? Nous avons vraiment besoin de réponses concrètes pour nous lancer et nous te remercions de partager tout cela avec nous. Penses-tu que tu pourras nous enseigner tout cela avant la rentrée 2015?
    Tu insuffles de l’espoir dans nos vies d’enseignantes…alors Mille MERCI !!!

    • Bonjour Stéphanie, tous mes encouragements pour votre démarche :) Je vous conseille néanmoins de ne pas intégrer les TPS à ces répartitions multi-niveaux. Ils n’ont pas les mêmes besoins que les PS-MS-GS, vous vous fatigueriez beaucoup à mon sens, et surtout pour une année de démarrage. Concernant le matériel, il vous en faut et il vous faut aussi un minimum de formation pédagogique. Je me suis fixée comme objectif de vous donner tous les éléments théoriques et pédagogiques progressivement jusqu’à fin août. N’hésitez pas à me contacter pour me poser les questions qui resteront sans réponse. A bientôt, Céline

  19. Montmasson a dit:

    Bonjour,
    Je suis votre blog depuis le début, et j’ai montré toutes vos vidéos de classe aux collègues de mon RPI de campagne, une vraie bombe ! j’ai de la chance avec ma collègue de GS/CP, je récupère les GS tous les mardis après-midi pour qu’ils puissent continuer leurs apprentissages dans ma classe avec mes MS, sachant que j’ai 3 niveaux au quotidien (TPS PS MS). Cela a été un énorme travail de mise en place il y a 3 ans, mais les résultats sont là, mes MS sont entrés dans la lecture (niveau janvier de CP à l’heure actuelle) et les GS foncent sur les dictées muettes et donc lisent et écrivent. Ma collègue et amie me fait part régulièrement des changements qu’elle remarque dans sa classe et elle dit que les CP qu’elle a cette année sont incomparablement meilleurs, plus autonomes et sûrs d’eux qu’auparavant, de même ils sont totalement zens par rapport à l’acte d’écriture qui posait énormément problème avant. J’avais beaucoup mis l’accent sur le français l’an dernier, mais devant les demandes des enfants, je me suis lancée, après formation ad-hoc, dans la mathématique, plus pointue et moins évidente pour moi, et ça marche du tonnerre ! A ce rythme -là, les enfants seront rapidement capables d’additionner, multiplier et soustraire. Les parents sont conscients des progrès réalisés par leurs enfants et appuient fortement mes demandes en mairie (j’ai dû négocier la fabrication de 6 tables 50 par 50), et la mairie me suit. Je ne reviendrai JAMAIS en arrière, le bénéfice pour les enfants est trop important, trop crucial, MERCI !

    • Merci pour ce témoignage qui fait du bien :) Tenez-nous au courant de vos avancées !

    • Mylène a dit:

      J’ai les même niveaux que toi et j’aimerais savoir comment tu gères les TPS justement car ils n’ont pas les même besoin effectivement…. j’ai vraiment besoin de réponses et d’éclairage à ce sujet… merci

      • Montmasson a dit:

        Bonjour,
        J’ai des « vieux TPS » qui ont eu 3 ans en janvier 2015, et je ne les ai autorisés à utiliser les ateliers qu’à partir de cet âge, donc ils avaient d’autres activités jusqu’à cette date. C’est logique, cela leur a permis de rentrer dans les habitus scolaires tranquillement, et je n’ai que 2 TPS. Les PS leur ont montré les ateliers au fur et à mesure puisqu’ils travaillaient ensemble. Les MS et les GS travaillent séparés et ensemble les après-midi. Je ne fais pas que du Montessori, je propose aussi d’autres choses : motricité quotidienne, chants et textes gestués, Arts Plastiques, activités graphiques, jeux maths par groupes de 6, et une plage de 20 mn de jeux libres, des lectures lues par l’adulte y compris sur l’imaginaire et des découvertes extérieures, car je pense vraiment que la réussite est dans la variété des méthodes qui fonctionnent, et qu’il ne faut pas se cantonner à une seule méthode de travail du moment que les résultats sont au rendez-vous, mais cela n’engage que moi bien sûr !

        • Mylène a dit:

          Merci pour votre réponse. Je ne suis donc pas dans le même contexte que vous car j’ai des jeunes TPS et en plus ils sont 5 voir plus dans peu de temps…. du coup mon Atsem est à 100% avec eux dans un espace bien délimité de la classe pour eux. Mais cela ne me convient pas totalement puisque certains cherchent à venir voir ce que font les plus grands. Cependant j’ai vraiment peur de m’épuiser à tout recommencer avec eux… En plus mon ATSEM n’est pas du tout efficace dans un fonctionnement Montessori. Bref, pas facile mais convaincue par la méthode tout de même ! Depuis que je pratique celle-ci (j’ai commencé il y a 2 ans) je ne changerais plus !

  20. Montmasson a dit:

    Bonjour,
    Je m’intéresse très fortement aussi à LA MIMOPEDAGOGIE JOUSSIENNE, c’est un outil fantastique d’apprentissage, aussi puissant que Montessori et totalement méconnu dans les écoles publiques, car le scientifique qui l’a découverte était un prêtre, ce qui a conduit à des cloisonnements inacceptables, alors que la méthode vaut pour tous les apprentissages mémoriels. J’ai beaucoup de chance car je travaille avec une personne qualifiée en pédagogie joussienne pour les écoles dans mon village du Berry, et elle est la seule agréee en France pour ce faire … Allez sur leur site, il y a des démonstrations vidéos de classe, c’est bluffant ! Pour commencer, dites-vous ceci : toutes vos poésies, vos textes résumés peuvent et doivent avoir un support gestuel associé à un balancement particulier, car ce dernier déclenche l’activation de la mémoire profonde et active de l’élève. Depuis des siècles, les juifs se balancent en mélodiant la Torah, maintenant vous savez pourquoi ils retiennent tous leurs textes de façon parfaite. Le support écrit ne devrait être que le complément du savoir oralisé, parfaitement compris parce que vécu dans tout le corps de l’individu… J’ai énormément à apprendre, notamment pour décortiquer les textes et les rendre digestes pour l’élève par le gestuel signifiant. Ce n’est que justice que je vous fasse part de mes découvertes quand elles ont une telle portée.

  21. Bonjour Céline, Mille merci pour le partage du travail effectué au cours de ces 3 années en partenariat avec des chercheurs du domaine des sciences neuro-cognitives; la force de ta conviction et de ta démonstration amènent un nombre croissant d’enseignants de maternelle à découvrir (car c’est à pleurer : notre formation est incroyablement pauvre et étroite) et à adhérer à cette pédagogie respectueuse du développement de l’enfant qu’est celle mise au point par Maria Montessori au cours de plusieurs dizaines d’années. Ce fut pour moi (et de nombreux autres enseignants) une véritable révélation, un élan, une foi toute neuve en mon métier! Je suis depuis que j’ai décidé d’ouvrir ma classe d’inspiration Montessori (je serai le plus possible fidèle à l’esprit Montessori mais ne pourrai m’en revendiquer car je ne vais pas pouvoir suivre la formation) véritablement portée pour un élan intérieur qui me donne à la fois une énergie et un cadre rassérénant (ah! combien sommes-nous, lâchés en maternelle sans savoir ce qu’est un enfant de cet âge et comment l’amener à grandir avec plaisir, appétit et confiance en lui et en l’adulte?). C’est tout simplement merveilleux de découvrir une voie lumineuse, sur laquelle on amène l’enfant à avancer pas à pas de façon très progressive tout en respectant sa personnalité et son rythme, c’est tout simplement un soulagement…
    Bref, tout ça pour dire que j’attends avec une ENORME IMPATIENCE tous tes prochains articles, lesquels pourront éclairer ma lanterne de débutante. J’ai cette année une classe de GS mais devrais avoir la chance d’avoir une classe multi-niveaux (de la TPS à la MS voir GS) à la rentrée prochaine. Quid de la gestion des TPS? Comment garder une trace de ce que font les élèves (ne serait-ce que pour se souvenir de ce qu’on leur a présenté)? Et la grande question récurrente des débutants montessoriens : comment gérer une classe les premiers mois?
    Merci encore Céline, au plaisir impatient (je travaille à estomper ce défaut ;-) ) de te lire!

    • Bonjour, merci pour vos encouragements et bravo pour votre démarche pédagogique qui, si elle apporte beaucoup d’aide aux enfants, demande beaucoup à l’adulte qui doit revoir beaucoup de ses schémas limitants. Attention, comme je le disais dans un autre commentaire, je vous déconseille de réunir les TPS avec les autres niveaux. Ils n’ont pas à ce stade les mêmes besoins que les PS-MS-GS, et cela pourrait être épuisant pour vous, surtout pour démarrer. Mais je laisse les personnes ayant fait l’expérience d’une classe multi-niveaux incluant les TPS donner leurs avis sur cette question. Je suis très heureuse de lire que vous attendez avec impatience les prochains articles, j’espère qu’ils répondront à vos questions, et si ce n’était pas le cas, revenez vers moi pour me le signalez, je repréciserai dans ce cas mon propos :) Je vous souhaite un excellent dimanche.

  22. Lyne a dit:

    Bonjour,
    Tout d’abord, un grand, grand merci et beaucoup d’admiration pour votre enthousiasme et le partage de vos compétences. C’est à chaque fois avec beaucoup d’impatience que j’attends vos articles qui nourrissent à la fois mon travail mais aussi ma vie de famille…
    Vous faisiez remarquer qu’il n’était pas opportun de mélanger les TPS aux autres niveaux car leurs besoins sont différents. Ceci me pose question même si cela confirme les observations que j’ai pu faire jusqu’à présent. J’ai la responsabilité d’une classe de TPS-PS en REP + . Nous mélangeons les TPS (entre 12 et 15) à un petit groupe de PS car nous n’avons pas un groupe suffisant de TPS pour créer une classe exclusivement de 2 ans.
    Voici donc les questions qui me viennent et peut-être pourriez m’aider à y répondre:
    -Avec quel niveau d’enfants est-il opportun de les associer? J’ai essayé avec des PS de début d’année mais on sent que ça « freine » les PS de se retrouver avec de si petits qui font leur rentrée jusqu’en janvier et qui mobilisent l’ATSEM et moi sur des besoins plus basiques (propreté , affectif,…). Nous avons essayé cette année avec des PS de fin d’année mais on sent que, s’ils y trouvent leur compte en début d’année, ils finissent par stagner.
    -Par ailleurs, en terme de besoins, quel serait, selon vous, le type d’organisation qui serait le plus approprié à cet âge: comment adapter aux 2 ans ce que vous avez mis en place avec les 3-6 ans afin de respecter au mieux leurs besoins et révéler tout leur potentiel? Des coins jeux ou du matériel Montessori adapté à cet âge et du coup, lequel?
    Encore un grand merci!

    • Bonsoir Anne Lyne, Je ne saurai pour l’instant vous répondre précisément à ces questions. Il me semble néanmoins que des enfants de deux ans devraient être avec des enfants plus petits qui viennent d’apprendre à marcher. C’est en tous cas ce que préconisait Maria Montessori, je n’ai pas encore vérifié ce postulat d’un point de vue scientifique, mais ça ne saurait tarder. A l’école cela semble difficile, alors je conseillerai – sous réserve de constater ce que cela donne en pratique – de laisser les enfants de TPS entre eux avec un fonctionnement basée sur l’autonomie, en réutilisant le début des activités pratiques que je vais mettre en ligne ces prochaines semaines. Une très grande place doit être faite à mon sens au langage – de nombreuses histoires offertes au quotidien et des discussions individualisées également quotidiennes. Je vous conseille aussi d’amener beaucoup de vrais objets, des fruits, des légumes, des vêtements et de les nommer avec les enfants, et de lancer des petites conversations autour de ces objets. Voilà ce qui me semble essentiel : amener à ces enfants en pleine période critique de construction du langage et du contrôle exécutif, de très nombreux motifs d’activités ordonnées, réelles et exactes (activités pratiques), ainsi qu’un langage varié et riche. Je vais étudier prochainement cette tranche d’âge, promis. Belle soirée, bien à vous, Céline

      • Lyne a dit:

        Un grand merci pour votre écoute, vos conseils et votre disponibilité. Votre attention nous encourage à changer les choses. Même si nous rêverions parfois que vos recherches changent le fonctionnement de l’école, tout de suite, maintenant…. il faut dans un premier temps accepter que certains, parce qu’ils obtiennent des résultats en suivant une démarche plus classique et qu’ils sont eux aussi totalement engagés dans ce qu’ils font, restent sceptiques quand leur propose une toute autre voie. On aurait envie, pour ces enfants, de savoir leur offrir ce que vous avez su faire et le transmettre à nouveau. Alors, un grand merci pour ces petites graines d’espoir que vous semez et entretenez.
        En attendant, quelle littérature conseilleriez-vous pour connaître et s’adapter au mieux au développement du jeune enfant? Et en ce qui concerne la pratique Montessori, lorsqu’on n’a pas forcément les moyens de financer une formation ?
        Je vous souhaite un excellent week-end.

        • Merci Anne Lyne pour votre message. Je posterai des conseils de lectures et de conférences, au fur et à mesure, en lien avec les articles publiés. Concernant la formation, tous les outils (théoriques et pratiques) nécessaires à la mise en oeuvre d’un tel protocole seront mis en ligne gratuitement sur ce blog (qui a d’ailleurs vocation de se transformer prochainement en site). L’objectif est que tout le monde ait accès gratuitement à ces données pour qu’un grand nombre d’enfants en bénéficie. Belle journée !

  23. DIATTA a dit:

    Bonjour Céline et encore MERCI pour ces partages et éclairages…

    Je vous suis sur youtube depuis que , toujours en recherche depuis ma première année et insatisfaite de mon fonctionnement « traditionnel », j’ai fini par découvrir réellement ce qu’était la pédagogie Montessori.

    J’ai depuis 2 ans et l’année prochaine des GS/CP. je perçois, je sens que pour beaucoup, même parmi mes futurs CP (que j’ai donc en GS cette année) le fonctionnement et la philosophie MONTESSORI sera d’une grande aide… Mais, juSque maintenant, vous parlez de classes multi-niveaux exclusivement maternelle…

    Les CP (6-7ans) sont ils en dehors de cette même période de besoins?

    Dans une petite école en regroupement pédagogique en milieu rural, les répartitions ne sont pas évidentes.
    Mais j’aurais peut être la possibilité d’avoir MS/GS/CP, cela vous semble-t-il pertinent?

    Merci par avance pour vos réponses et merci pour votre implication!

    Caroline

    • Bonjour Caroline, Les CP entrent dans une période de développement différente de celles des MS/GS. L’environnement déployé en maternelle pour les besoins des petits ne conviendrait pas au CP, et inversement, l’environnement déployé spécifiquement pour les CP ne conviendrait pas aux petits. En revanche, si vous avez la possibilité de faire un CP-CE2, voire, soyons fous un CP-CM2, ce serait une belle opportunité pour tous. Dans cette nouvelle période de développement ce sont les CP qui doivent devenir les plus jeunes et modéliser le comportement d’enfants plus âgés. Je vous invite à lire le livre De l’enfant à l’adolescent de Maria Montessori. Excellent week-end à vous, et c’est moi qui vous remercie de prendre le temps de m’envoyer vos encouragements, des messages comme le vôtre portent et soutiennent mon enthousiasme à partager tout ce qui me passionne. A bientôt !

      • DIATTA a dit:

        Merci pour votre réponse, claire et rapide,
        Oui, je prévois de lire cet ouvrage, je l’ai commandé car « La pédagogie scientifique, tome 2 », n’est apparemment plus édité…

        Malheureusement pour ma répartition, je crois que cela ne sera pas possible dans cette école, pas avec ces effectifs, ni avec mes collègues actuelles (géniales au demeurant et faisant de très bonnes choses et me soutenant beaucoup cette année avec une classe difficile) mais auxquelles je sais ne pas pouvoir proposer cela.

        Je continue mes lectures et continue d’en parler, petit à petit… Lorsque l’on reparlera des répartitions avant le prochain CE…

        Bon week end à vous également.

        A bientôt.

  24. DIATTA a dit:

    Je précise: formation 3-6 prévue cet été, lecture en cours de « La pédagogie scientifique tome1 ».

  25. Mylène a dit:

    Encore et encore merci pour votre précieuse aide ! C’est vraiment très généreux de votre part de nous faire partager gratuitement votre expérience et vos conseils !!! 😀 J’en profite donc pour vous demander s’il faut renouveler les activités proposées en autonomie sur les étagères ou pas ? J’ai remarqué que certains enfants ne savent plus quoi choisir, alors qu’ils n’ont pas encore tout exploré. Donc je voulais savoir si vous avez dévoilé les activités au fur et à mesure de l’année ou vous avez renouvelé ou rien de tout cela…. ? Merci encore du temps que vous nous accordez pour nous répondre !
    Bonne journée demain à Paris ! (J’aurais bien voulu pouvoir y être mais j’habite loin…)

    • Bonsoir Mylène, je prendrai le temps de répondre avec précision aux questions se référant à l’organisation un peu plus tard. Je souhaite dans un premier temps présenter d’autres points. Belle soirée à vous et merci pour demain :)

      • Mylène a dit:

        Merci pour votre future réponse !

  26. ZAEGEL Guy a dit:

    J’ai découvert votre travail ce week-end grâce à un intervenant dans le domaine du sport : Benoit PONT (Coach Instructeur Swiss Ice Hockey). Félicitations pour votre démarche, votre expérimentation et votre courage face à « l’immobilisme » de notre système éducatif. J’enseigne sur des BTS dans le domaine de l’informatique et j’interviens en tant qu’éducateur sportif sur des publics de tous âges.Vos constats sur le fonctionnement de notre système éducatif (Qui doit pouvoir se réformer au bénéfice de tous ses citoyens) me conforte dans ma vision de notre institution.
    Je vais poursuivre attentivement vos travaux et vous remercie encore de votre clairvoyance.
    Bon Courage
    Guy

  27. Anne Masson a dit:

    Bonjour
    Je suis en recherche et mise en pratique progressive depuis 2 ans autour de la pédagogie de M Montessori. Je suis convaincue des nombreux bénéfices qu’elle peut apporter.
    Je m’intéresse donc évidemment avec un GRAND intérêt à vos recherches ! J’en profite aussi pour vous remercier de votre travail et de la volonté d’en faire profiter le plus grand nombre dans l’intérêt des générations futures…

    J’ai une petite question, car à vous lire j’ai compris que vous mêliez aussi d’autres « théories » à celle de MM, pouvez-vous nous donner quelques informations à ce sujet ? J’ai compris que vous alliez mettre en ligne progressivement des outils, mais ça serait juste pour avoir une petite idée de ce qui a été utilisé en complément.

    Merci pour tout de toutes façons :)
    Vous nous donnez envie de persévérer !

    • Bonjour Anne, les vidéos pratiques que je vais mettre en ligne jusqu’à fin août sont directement issus du croisement entre les travaux scientifiques du Dr Maria Montessori (et non de la formation du même nom), l’apport des neurosciences cognitives, affectives et sociales, et la linguistique française. Dès le mois de septembre, une fois que tous ces outils utilisés à Gennevilliers auront été mis en ligne, je commence une seconde étape qui aura pour objectif de poursuivre la recherche pédagogique, toujours sur la base de la connaissance du développement humain. Mais nous en reparlerons :) Belle fin de soirée.

  28. aglaé a dit:

    Bonjour Céline ! Avez-vous déjà passé du temps dans un jardin d’enfants Steiner-Waldorf pour observer comment cela se passe ? Si ce n’est pas le cas n’hésitez pas à faire la demande, je suis certaine que vous en tireriez encore de nouvelles bonnes idées ! Le mélange des âges (3 à 6 ans) est de mise dans ces jardins d’enfants justement, l’idée que l’enfant agit par imitation et que cela demande répétition est au coeur de la conscience de l’adulte, on travaille beaucoup sur les rythmes (le rythme de la journée, le rythme de la semaine, le rythme des saisons), et l’enfant s’imprègne naturellement du comportement qu’on attend finalement d’un petit humain qui grandit parmi d’autres humains. Merci pour votre blog !

  29. A reblogué ceci sur Je me disperseet a ajouté:
    La transmission et l’apprentissage au quotidien et presque à notre insu : un billet passionnant !

  30. Céline Chicote-Navas a dit:

    Boris Cyrulnik : « Peu d’enseignants ont conscience de leur impact affectif sur les enfants » 8 juin 2015

    Un article qui me semble en phase avec les vôtres , Céline . Je suis coach en pnl et éducatrice en discipline positive , je m’intéresse a tous vos articles et a votre démarche , continuez !! Céline .

  31. isa 57 a dit:

    Bonjour Céline,
    Un grand merci pour tout votre travail. A quand des formations de cette qualité pour tous les futurs professeurs?
    Qd vous parlez de linguistique française, ce sont les sciences du langage? Et dans votre classe, comment abordiez vous ce domaine du langage, qui apparait si important ds nos programmes, mais si difficile à mettre en oeuvre en pratique?
    Merci encore pour ce merveilleux blog.

    • Bonjour Isa, merci pour votre message :) Je réfléchis actuellement à une formation pour fin 2015. Nous en reparlerons. Concernant le langage, nous allons mettre tout les outils pratiques et théoriques en ligne dans les prochains mois. Belle journée à vous, Céline

  32. Bost a dit:

    Bonjour Céline,
    Enseignante de maternelle à Paris, nous nous lançons dans l’aventure avec plusieurs collègues depuis un an environ. Formations dans une école Montessori de Bailly, achat de matériel, et surtout, surtout, évolution de notre façon de faire et d’être dans la classe! Tout passe par là!
    A la rentrée, nous commençons par des doubles niveaux PS, MS afin (on l’espère) de pouvoir faire des triples niveaux l’année suivante!
    C’est une aventure passionnante et nous voyons déjà la différence!
    Merci pour ce blog qui nous permet de trouver des éléments de réponses au milliard de questions que nous nous posons!
    La rentrée de septembre reste un stress… Comment faire pour démarrer l’année correctement? Nos MS n’ont pas tous eu une approche « montessorienne » en PS, nous aurons donc 29 petits bouts à la découverte de cet univers! Faut-il ranger une partie du matériel? (je crois que tout est présent dans une ambiance Montessori mais le cadre n’est pas vraiment le même et tous les enfants ne découvrent pas l’ambiance à la rentrée…)
    Merci encore pour ce blog!!

    • Bonsoir Fanny, bravo pour votre initiative en équipe, c’est formidable ! Vous devriez trouver des pistes de réponses concernant le démarrage pendant l’été et au mois de septembre. Avez-vous vu que nous proposions deux jours d’accompagnement pour préparer la rentrée ? A bientôt, et merci beaucoup votre votre gentil message.

  33. Lucia a dit:

    Vous avez fini de me convaincre de changer complètement mon organisation de classe, ma façon de faire, et d’aider au mieux mes chers élèves à s épanouir. Merci

  34. cécile a dit:

    Bonjour Céline,
    je suis très impressionnée par tout ce que je viens de voir. Avez-vous déjà réfléchi à adapter cette démarche à des élèves plus âgés? J’enseigne en cycle 3 et constate que de nombreux élèves ont encore besoin de manipuler avant de pouvoir passer à l’abstraction…
    Autre question: comment « rattraper » des apprentissages qui n’auraient pas été acquis (ex: lecture, compréhension du nombre)?

    • Bonjour Cécile,

      Une fois tous les contenus pour les enfants âgés de 3 à 6 ans mis en ligne, nous travaillerons sur les niveaux d’âges suivants bien évidemment, et nous continuerons de partager le fruit de notre travail en ligne.

      A mon sens, lorsque les enfants sont plus âgés, pour rattraper les apprentissages fondamentaux, il faut justement ne pas se focaliser dessus. (Voir la vidéo Un être d’action dans l’onglet 18 vidéos pour démarrer) J’aurais plutôt tendance à chercher en chaque enfant la passion libératrice et émancipatrice qui le portera, qui réveillera son envie de faire et d’agir dans le monde. Combien d’enfants se sont mis à lire parfaitement lorsqu’ils ont dû le faire pour atteindre un objectif qui les passionnait ! Vraiment, à votre place, je chercherais à réveiller cela en chaque enfant : « Qu’est-ce qui t’intéresse toi en ce moment ? » Pour la plupart malheureusement, il faudra faire preuve de patience puisque nous les avons déconnecter de leurs propres centres d’intérêts pour répondre aux nôtres dès la maternelle. D’abord donc les reconnecter avec ce qu’ils sont profondément, et ensuite soutenir l’acquisition des fondamentaux, mais uniquement lorsqu’ils sont déjà en mouvement vers un objectif personnel passionnant qu’ils peuvent d’ailleurs décider d’atteindre en petit groupe avec quelques copains. Cela demande bien évidemment autonomie, horizontalité, et réorganisation de l’environnement – environnement qui doit servir les recherches actives de l’enfant, plutôt que de les contraindre.

      Je vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année Cécile, et pardon d’avoir tarder à répondre à votre commentaire. J’ai été très occupée ces derniers temps pour la mise en ligne des 18 vidéos. A bientôt et belle continuation !

  35. neveu a dit:

    Merci!
    J’étais en classe unique sur l’île de Ouessant et tous ces commentaires me réchauffent le coeur!
    béa

  36. Marion a dit:

    Incroyable ! Merci, merci MERCI ! Merci de nous montrer qu’il existe des solutions au mieux vivre et apprendre ensemble. J’en ai pleuré en regardant. Je vais diffuser autour de moi en parler dans l’école de mon fils, j’espère de toutes les forces dont je suis capable que cela pourra faire des ricochets.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s