Quelques nouvelles

Comme vous le savez, nous avons commencé cette nouvelle année par la mise en ligne d’une cartographie. Il nous semblait en effet nécessaire que vous puissiez rapidement vous mettre en lien entre enseignants lors de cette période de transition. Au passage : nous avons été particulièrement impressionnés par la vitesse à laquelle la carte s’est colorée de petits points rouges et bleus, tant en France qu’à l’étranger ! Quelle émotion… il nous a bien fallu quelques jours pour nous en remettre.

Capture d’écran 2016-01-29 à 02.40.13.pngVoici maintenant comment nous allons organiser la suite (pour rappel, notre objectif est de mettre en ligne la totalité des contenus pédagogiques pour la rentrée de septembre 2016) : dès la fin du mois de mars, nous commencerons une mise en ligne intense et accélérée des vidéos pédagogiques : nous commencerons par les activités sensorielles (avril-mai), viendront ensuite les activités mathématiques (mai-juin) et nous terminerons avec le langage (juillet-août). Lorsque tout cela sera terminé, nous vous offrirons un tout nouveau site, qui réunira et organisera tous ces contenus.

Pourquoi ne pas commencer dès maintenant la mise en ligne des activités sensorielles ? Parce que, jusqu’à la fin du mois de mars, je me consacrerai essentiellement à l’écriture d’un livre, dont la publication est également prévue en septembre. Ce livre fera partie intégrante des contenus fondamentaux que nous souhaitons vous délivrer : il tentera de mettre en lumière les lois élémentaires d’apprentissage et d’épanouissement humain.  Je suis ravie d’être soutenue dans ce projet d’écriture par les Éditions Les Arènes, qui m’entourent d’une grande et précieuse bienveillance.

Ne vous inquiétez pas, nous ne vous laisserons pas sans nouvelles jusqu’à la fin du mois de mars. Nous allons même essayer de démarrer – sporadiquement – la mise en ligne des activités sensorielles avant mars, mais nous ne pouvons rien vous promettre. Voilà pour nos prochaines échéances ! Nous tenons également à vous remercier très sincèrement pour votre soutien sous forme de dons : associé au projet éditorial, il nous permet de poursuivre notre travail beaucoup plus sereinement. Sachez par ailleurs que chacun de vos dons, même les plus modestes, nous font l’effet d’encouragements chaleureux et constituent un incroyable soutien moral. Nous vous en remercions infiniment.

Nous terminons ce post en partageant avec vous l’extrait vidéo d’un échange organisé par Les Arènes au 27rueJacob, autour de l’expérience de Gennevilliers. A très vite pour la suite, et belle fin de semaine à tous !

56 commentaires
  1. leynaud a dit:

    Merci pour votre travail et vos partages. C’est vraiment génial ! Je suis en train d’adapter cette méthode pour l’enseignement du théâtre ! A bientôt, Claire lise.

  2. Sophie Pernod a dit:

    Félicitations pour l’énergie que vous mettez à partager vos expériences et merci pour nos enfants !

  3. violaine a dit:

    Céline, c’est la première fois que je t’écris (non sans émotion).
    Je voulais te remercier, tu as littéralement fais basculer ma vie professionnelle depuis ton ted x de grenoble !
    À tel point que j’ai pris une dispo après mon congé parental, pour me donner le temps de réfléchir et de me former.
    Alors merci, parce que grâce à toi, j’ai décidé de reprendre le chemin de l’école, je me sens forte, légitime et entourée de plein de personnes motivées et bienveillantes !
    Je te souhaite une bonne écriture.

  4. stéphanie a dit:

    Un immense MERCI de nous ouvrir une telle voie.

  5. rostain a dit:

    Bonjour, je suis en année 0 et ça marche… youpi. J’ai besoin d’acheter du matériel, je dispose de 450 €. Avez-vous des conseils afin d’optimiser cette somme. Merci d’avance, Amitiés C.Rostain 

    • Bonsoir, cela dépend de l’âge des enfants que vous accompagnez cette année. Pouvez-vous nous en dire plus ?

  6. Haisling a dit:

    Je comprends bien ce que vous dites, effectivement la magie c’est avoir cette posture bienveillante et professionnelle qui libère l’élève, en écho ça nous libère, en écho l’élève libéré accède à son potentiel, voyant cela s’accomplir devant nos yeux, on est plus créatif, laissant notre intuition aller chercher dans notre expérience les bons gestes, les bonnes formulations (« t’es heureux ? t’as fait ça puis ça ? etc. »), et le processus enclenché est riche et ne demande qu’à continuer, tant c’est grisant et pour l’enfant et pour l’adulte de suivre ce chemin qui s’ouvre.
    Hélas, les conditions sont rarement réunies pour que l’on se fasse confiance et prenne le temps. Cela ne doit pas être aléatoire, cela peut s’enseigner. Merci de vous atteler à la diffusion de cette connaissance.
    Je me lance dans la préparation du certificat d’enseignante spécialisée, je ne sais pas encore comment mais nul doute que votre travail éclairera ma lanterne ; déjà, savoir qu’un cerveau stressé se bloque et ne peut plus apprendre, c’est tout un programme !
    Bonne continuation.

  7. Trouvilliers-Godet a dit:

    Vous me faites pleurer de bonheur….quelle lucidité ! Merci.

  8. Abergel Etty a dit:

    Bonjour Céline, c’est en tant que maman que je me suis intéressée à votre travail.
    Je me suis permise d’écrire sur votre expérimentation sous la forme d’une contribution sur le site de France 2022 de Jacques Attali. Sûrement votre propre explication refléterait mieux vos intentions. J’ai rédigé un article à propos de votre travail sur le blog des parents d’élèves de l’école maternelle de ma fille. J’ai aussi envoyé les liens de vos sites à une maître formateur. Sa réaction a été très enthousiaste et elle même l’a partagé avec d’autres maîtres formateurs. Je ne manquerai pas d’acheter votre livre. Je vous souhaite une bonne continuation dans tout ce que vous entreprendrez. J’espère que vous aurez la possibilité d’étendre votre réflexion aux écoles primaires publiques.

  9. Laetitia a dit:

    Quel magnifique travail, je suis impressionnée de voir tout ce que vous faites. Merci de vous être lancé dans cette aventure, j’ai hâte de voir ce qui arrive !

  10. Chaperon a dit:

    Tous mes encouragements pour la suite de ce travail difficle mais tellement porteurs pour nous tous, vos lecteurs ! Encore merci.

    • Bonsoir Catherine, nous y songeons mais cela dépendra du temps dont nous disposerons. Notre priorité reste la mise en ligne complète des contenus pour la rentrée. Belle soirée à vous !

  11. Karinel a dit:

    Votre travail est exemplaire. Mais je suis cependant gênée par votre remarque « personne ne se lève, personne ne le fait ». Il existe de nombreux enseignants qui font autrement, depuis longtemps même. Je pense notamment au mouvement de l’éducation nouvelle, portée d’abord par Célestin Freinet et qui n’a cessé d’évoluer. Beaucoup d’enseignants cherchent, se questionnent, interrogent les différentes approches pédagogiques, se nourrissent des apports de la recherche pour faire évoluer leurs pratiques de classe. Certes de manière souvent trop isolée et aussi (et surtout) peu souvent soutenus par leur hiérarchie (vous avez pu vous en rendre compte…). Sinon, j’aurais une question : avez-vous déjà pensé à élargir votre réflexion à l’école élémentaire voire au collège ? Merci encore de partager votre belle expérience avec tous.

    • Bonsoir Karine, merci pour votre message :) Lorsque je dis « personne ne le fait » je me réfère surtout à des personnes morales, institutionnelles, susceptibles de mener une recherche pédagogique scientifiquement fondée et scientifiquement validée, à une échelle suffisamment importante pour amorcer un changement massif des pratiques pédagogiques. Merci pour votre remarque, je veillerai à être plus précise les prochaines fois pour éviter ce genre de confusions. Concernant votre question, effectivement nous pensons développer cette démarche pour des enfants plus âgés dans les années à venir. Belle soirée à vous !

      • Karinel a dit:

        Merci pour votre réponse, j’attends donc la suite avec impatience. Au plaisir d’échanger et bonne soirée également !

  12. Farcy a dit:

    Merci, j’ai hâte de découvrir les vidéos. Je compte mettre tout cela en place pour ma fille qui vient d’avoir trois ans. Bonne continuation, Clémentin.

  13. BRUNOT a dit:

    Un immense merci pour cette expérience partagée qui a transformé ma vie d’enseignante. Votre travail et votre réflexion m’ont donné l’impulsion, m’ont énormément aidé pour changer ma pratique. Même si pour moi, tout cela est encore expérimental, je vois tous les jours les bienfaits de cette pratique bienveillante dans ma classe. Grâce à vous, cette expérience rayonne. A nous aussi de participer à ce rayonnement, aussi modestement cela soit-il.

  14. Tout comme les personnes qui se sont déjà exprimées… merci pour votre enthousiasme et votre énergie … je suis aussi en complète remise en question de mes pratiques… votre travail m’y aide beaucoup !!!! J’espère continuer à trouver matière à faire évoluer mon travail et mon attitude de maman…

  15. Bonjour,

    Depuis pas mal de temps, après avoir vu la vidéo TED de Grenoble, je suis avec un enthousiasme grandissant votre démarche auprès des enfants et la vidéo que je viens de visionner sur le mail auquel je réponds m’a apportée pas mal de réponses aux questions que je me posais Depuis plus de 40 ans maintenant je travaille auprès des enfants (j’ai 66 ans et bien qu’à la retraite je continue au sein d’associations comme le *CaféZoïde*, 1er café culturel des enfants et de structures de petite enfance) inspirée en premier lieu par Célestin Freinet puis Thomas Gordon (pour une résolution bienveillante des conflits). Au départ, je voulais, comme vous, infiltrer l’institution en devenant instit. Pour cela il m’a fallu passer mon bac (j’aurais dû le passer en 1969 mais je l’ai – pour diverses raisons – boycotté) et je suis devenue animatrice de centres de loisirs pour disposer de temps : ma confrontation avec le système scolaire a été très violente et je me suis faite éjectée pour cause d’excès de bienveillance avec les enfants laxisme… J’ai obtenu mon bac de justesse et je suis allée à la fac de Vincennes en sciences de l’Education. J’ai dû retourner en tant que stagiaire-observatrice dans l’institution et je dois dire que si mes résultats avec les enfants ont été semblables aux vôtres – à des âges divers (maternelle et primaire) et très rapidement – mes relations avec les enseignantes ont été très surprenantes : elles m’ont confié des groupes d’enfants en me disant : « de toutes façons vous ne pourrez pas faire de dégâts ils sont irrécupérables » puis lorsqu’il s’est avéré que les enfants avaient fait d’énormes progrès et que c’était incontestable j’ai eu cette réponse étonnante : « ce n’est pas ce que l’on vous demandait ». Je me suis longtemps interrogée sur « ce que l’on me demandait » mais maintenant je le sais… J’ai donc renoncé au scolaire ait marginalisé (suis partie à la rencontre d’autres peuples qui m’ont beaucoup appris – en particulier les Amérindiens) un certain temps, puis je suis rentrée dans une autre institution : les bibliothèques pour enfants. Très vite je me suis trouvée confrontée au même problème de violence institutionnelle à l’égard des enfants (c’est plus sournois mais bien réel). Puis en 1996 j’ai rencontré une association qui s’appelle http://www.acces-lirabebe.fr/les-animations.html /// http://expositions.bnf.fr/livres-enfants/rencontres/02.htm (conférence du psycholinguiste Evelio Cabrejo Para. concernant la lecture d’albums aux tout-petits avec une pratique fondée sur une grande liberté de celui-ci qui est le maître d’œuvre de sa lecture. Je me suis aussi intéressée aux travaux de Jérôme Bruner dissident de Piaget et aux travail d’Emmi Pikler à Loczy (https://youtu.be/3YzV-yWMVW0 = le bébé est une personne à 2h44 de la vidéo – le reste étant passionnant aussi !) Puis, j’ai rencontré une ethnolinguiste Suzy Platiel Vidéothèque *CNRS* : Au pays du conte http://videotheque.cnrs.fr/index.php?urlaction=doc&id_doc=4095. Et c’est par rapport à elle que je vous écrit car vous évoquez dans votre vidéo le fait que les enfants plus jeunes apprennent des plus grands quasiment mot à mot avec la façon dont elle parle du co-apprentissage des enfants en Afrique au sein des classes d’âge. C’est une dame âgée très fatiguée mais qui a beaucoup de choses à transmettre (malgré son âge et son état de santé elle voyage beaucoup à travers la France et dans le monde pour échanger avec les éducateur/trices autour du conte et de l’intérêt de la littérature orale dans la structuration de la pensée des enfants). J’interviens selon ses principes dans des structures de Petite Enfance et c’est un vrai bonheur dans l’échange avec les enfants mais elle travaille beaucoup avec un enseignant du secondaire qui est quelqu’un de passionnant. Dans mon cursus personnel, j’ai aussi une escapade de deux ans au cours de laquelle j’ai enseigné à des enfants de « marginaux » déscolarisés car trop loin des écoles publiques – enfants dont l’âge allait de 7 à 17 ans et pour lesquels j’ai fonctionné en pédagogies Freinet versus Gordon (j’y tiens beaucoup car au niveau de la résolution des conflits cela peut passer pour miraculeux et je trouve cela encore plus intéressant que la CNV de Marshall Rosenberg ( https://www.bing.com/videos/search?q=cnv+rosenberg&&view=detail&mid=D77B8AF5C793F1F21BA5D77B8AF5C793F1F21BA5&FORM=VRDGAR

    ) même si celui-ci m’inspire beaucoup.

    Il me semble qu’il est urgent de mettre en commun toutes ces expériences diverses qui vont sensiblement dans la même direction car en face il y a un fort mouvement institutionnel qui va dans le sens opposé et c’est une grande majorité de personnes qui est conditionné par lui. Je m’intéresse aussi à l’agriculture et je fais des liens entre les deux domaines car là aussi avec la permaculture qui va dans le même sens d’un respect de la nature puisque le modèle en est la forêt il y a des avancées phénoménales dans la possibilité d’auto régénération de la terre alors qu’en face les forces de destructions au profit de ces pauvres gens qui se croient riches et qui, pour cette raison prétendent dominer la planète et leurs semblables sont puissantes. Je suis convaincue que Rosenberg a raison quand il parle de besoins non satisfaits et les besoins essentiels pour être et rester humains ne sont pas d’ordre matériel même si le matériel a aussi son importance que ce soit dans la déprivation ou l’excès. En vous remerciant pour l’intérêt que vous aurez bien voulu apporter à ce mail et en vous/nous souhaitant la réussite de votre projet. Sincèrement, Danielle Faure

    • Carpe diem a dit:

      Bonjour,
      À nouveau, je viens poser la question: mais que sont devenus aujourd’hui les enfants que vous avez eus ???
      N’avez-vous pas eu un peu l’impression de les abandonner ? et leurs parents ?
      Qu’ont pu faire avec eux leurs maîtres(ses) suivantes, ne travaillant, je suppose, pas dans les mêmes conditions ?
      Continuent-ils toujours à avoir de l’avance dans leurs apprentissages, car j’ai souvent vu des cas où les enfants étaient très en avance à l’école maternelle et primaire… pour ne rien donner aujourd’hui où ils n’ont toujours pas de métier à 26 et 30 ans (mes propres neveux !) ? Je trouve qu’il serait très intéressant et plus juste pour les résultats de vos études sur eux de continuer à les suivre et voir ce que ces années exceptionnelles leur ont apporté…sur la longueur…
      Cordialement
      Hélène

      • Chère Hélène, vous aurez réponses à vos questions prochainement, notamment dans le livre je l’espère. Belle fin de semaine.

  16. carpe diem a dit:

    Comme j’aimerais savoir, comme tout le monde je pense, ce que deviennent aujourd’hui vos anciens élèves!

    Je viens de lire ceci dans une revue, de Satish Kumar:
    « Tout est esprit, m’ont-ils raconté (ses maîtres), y compris le corps. Le brahman, le divin, est en nous. »  » C’est sans doute le plus difficile à concevoir… » « Cela vient de notre manière d’élever nos enfants et de nos écoles. Tout y est réduit à quelque chose de superficiel. Vous y êtes en permanence réprimandé. Mais dans les écoles que j’ai fondées, on entend plutôt dire « Tu es sacré! Tu es divin, tu possèdes une lumière divine en toi. Tout est sacré. » Cela vous donne confiance en vous. Le système d’enseignement classique fait de vous un instrument, pour que vous puissiez intégrer l’économie. L’école conduit à un travail, à gagner de l’argent pour pouvoir payer les factures et vous acheter une voiture et une maison; c’est tout. Nous avons été conditionnés et nous avons perdu le sentiment de grandeur, le sentiment d’immensité que nous avons en nous: un grand cœur, un grand esprit, une grande conscience »

    Je pense que cela vous rejoint, Céline!
    Hélène

    • Merci Hélène :) Je retrouve les enfants prochainement. Je vous donnerai des nouvelles à ce moment-là.
      Belle soirée !

    • Bonsoir Bernard, oui, je connais bien Idriss, il nous arrive parfois de refaire le monde autour d’un café :)

  17. capdeville a dit:

    Bonjour et merci. Quelle belle énergie ! J’attends avec impatience les autres domaines d’activités !! Je suis en phase de transition et année 1 en même temps !!! BRAVO!!! Merci de m’avoir apporter le petit coup de pouce qu’il me fallait pour me lancer et dans l’éducation nationale pour que ce cadeau soit accessible à tous !

  18. Celine chicote a dit:

    Trop hâte de lire votre livre !
    Je vais l’incorporer à ma pratique de la discipline positive dans la classe.

  19. Aubert a dit:

    Votre travail m’intéresse beaucoup. Je suis actuellement enseignante dans une classe de CP/CE1, et étant débutante je rencontre une grande difficulté à tout « gérer ». Mes élèves ont des niveaux divers et variés… et sont très indisciplinés !!! J’ai réussi à avoir une classe à peu près sereine mais je n’arrive pas à différencier comme je le devrais (des élèves de CE1 sont quasiment non lecteurs). Est-il possible d’appliquer votre méthode en élémentaire ? Je n’ai quasiment aucun moyen pour investir dans du matériel de manipulation. Si vous pouviez me répondre pour me donner des conseils (de lecture, de vidéo à voir etc….) je serais ravie. Bonne continuation.

    • Bonsoir Emilie,

      C’est formidable que vous choisissiez de cheminer avec les enfants vers un fonctionnement plus autonome, bravo pur ce grand saut ! La première chose que je vous conseille de faire, c’est de vous signaler sur la carte des écoles en mouvement, dans la catégorie « élémentaire » : ici http://www.celinealvarez.org/carte (également accessible dans le menu du blog, depuis l’onglet cartographie) Cela vous permettra d’être contactée par des collègues et d’avancer ensemble !
      Ensuite, si je puis me permettre un conseil : allez-y doucement. Lisez ou relisez cet article des différentes étapes de l’installation. Faites des temps d’autonomie de plus en plus longs. Cela vous laisse le temps de recueillir les informations et le matériel qui nourriront l’activité autonome des enfants.
      Concernant les activités, vous pouvez proposer mille et une choses selon l’espace dont vous disposez. Les activités proposées pour l’élémentaire par Maria Montessori sont à mon sens une base intéressante à s’approprier et à réviser selon les retours qui vous sont donnés par les enfants.

      Bravo donc, mais prenez votre temps et mettez-vous en lien avec d’autres enseignants :)
      Tout mon soutien sur ce cheminement Emilie ! Donnez-nous des nouvelles !

  20. Leïla a dit:

    Chouette un livre ! Mettez-m’en un carton de côté, je connais plein de monde à qui je vais l’offrir :)

  21. Mathis a dit:

    Bonjour Madame – travail passionnant – Je suis président de l’association phobie scolaire – pourriez vous svp me contacter pour échanger? Amicalement, Luc Mathis

  22. Chère Céline

    C’est génial de voir comment la carte se remplit, félicitations! :)

    Une seule petite correction – à Lisbonne l’école française n’est pas (du tout!) publique. Elle suit les directives du gouvernement français, comme les écoles publiques françaises, mais les frais – même pour les citoyens français – ne sont pas du tout négligeables, comme n’importe qui peut le vérifier dans ce document.

    Merci pour la correction!
    Bien à vous

    • Modification faite à l’instant, merci beaucoup pour cette précision :)
      Belle soirée à vous !

  23. pascale van weydevelt a dit:

    Félicitations et encouragements à vous Mme Alvarez pour la poursuite de votre mission ! Je suis psychomotricienne dans un service de pédopsychiatrie à Angers et constate avec amertume la souffrance d’enfants , bien souvent renforcée par un système scolaire totalement inadapté ! J’ai été invitée au colloque « Neurosciences et Education » par Pascale Toscani , ainsi que quelques uns de mes collègues au mois de juin 2015 , colloque durant lequel votre travail a été cité !
    Cette semaine , votre expérience fait la couverture de Télérama ! Je ne peux que vous renouveler mes encouragements pour que votre labeur essaime ! Ainsi , verrions-nous je l’espère, dans nos services de pédopsychiatrie saturés de demandes de consultations, une diminution de ces mêmes demandes et beaucoup moins d’enfants en souffrance, et en « échec scolaire « !
    Bien cordialement.

  24. CHARLES a dit:

    Merci beaucoup pour ce partage, je suis déjà sur le chemin ou en cheminement vers ce type de pédagogie.
    Je souhaitais vous poser 2 questions, une sur la place des APS dans une telle méthode : Préconisez vous un espace moteur en classe ». l’autre concerne l’utilisation du numérique : Que pensez vous de l’utilisation des outils /supports numériques dans une telle pratique pédagogique? Quoi ? Quand? Comment?
    Merci par avance pour vos réponses
    et bonne continuation à vous
    Camille

    • Bonjour Camille, merci pour votre message. Concernant l’organisation de l’espace, je vous invite à lire cet article, vous devriez y trouver les réponses à votre question. Concernant l’utilisation de supports numériques, de nombreuses études (et l’expérience au sein même de l’Éducation nationale) montrent que l’utilisation de ces supports n’aident pas les enfants à apprendre et à s’épanouir davantage. Pour de si jeunes enfants, les études sont formelles : l’utilisation des écrans entrave le bon développement du système attentionnel.
      Si l’utilisation de tels supports venait à se montrer bénéfique je serai ravie de les proposer aux enfants. Mais pour le moment, avec l’expérience et les apports de la recherche, il me semble que ces accessoires pédagogiques sont clairement plus délétères que bénéfiques. J’espère développer cela lors d’un prochain article. Belle journée à vous et pardon d’avoir tant tardé à répondre à votre mail. :)

  25. Chantal BREAVOINE a dit:

    Bonjour Céline,
    J’ai pris connaissance de votre travail grâce à l’article fort passionnant paru dans le Télérama de cette semaine. Je pense que vous allez toucher ainsi un plus vaste public que les enseignants de l’école. Ainsi, je suis professeure de danse moderne, passionnée de pédagogie et d’art, particulièrement pour les plus petits, dans une approche aussi ludique qu’artistique et créative. Je vais donc suivre vos travaux avec grand intérêt et ne manquerai pas de venir à des rencontres que vous organiserez peut-être courant 2016.
    Bien à vous
    Chantal

  26. Chantal BREAVOINE a dit:

    Bonjour Céline,
    J’ai pris connaissance de votre travail grâce à l’article passionnant qui vous est consacré cette semaine sur Télérama. J’y ai retrouvé mon vécu d’enfant lorsque j’étais élève à l’école des Garets de Vichy dans les années 60 !. Cette était novatrice pour l’époque, car totalement impliquée dans une pédagogie Freinet, des petites classes aux plus grandes. Je pourrais replacer dans ce contexte et à cette époque, tout ce qui est décrit de vos méthodes dans l’article de ce Télérama, avec, en plus, l’apport très instructif des neurosciences.
    Mon vécu d’enfant m’a convaincue de ces méthodes pédagogiques participatives; Il m’a donné une sensibilité particulière à l’approche et au respect de l’autre.
    Nul doute qu’il m’a donné le goût et la nécessité de la question de l’art dans l’existence. Je me suis ainsi consacrée à la danse (dans mon école Freinet, la place de la musique et de la danse traditionnelle était centrale), et je suis aujourd’hui professeure de danse moderne, passionnée de pédagogie et d’art, impliquée dans un enseignement de la danse auprès des tout-petits.
    Je vais donc suivre avec grand intérêt vos travaux et j’espère pouvoir participer aux rencontres pédagogiques que vous organiserez peut-être courant 2016.
    Bien à vous
    Chantal

  27. Manue a dit:

    Et soudain tout s’éclaire !!! Une révolution est en marche! Bravo pour votre travail et merci de le partager. Manue.

  28. Brigitte a dit:

    Un grand merci à vous Céline, votre travail est vraiment passionnant et je souhaite que les jeunes enseignants suivent la voie que vous leur ouvrez avec tellement d’intelligence et d’humanité !
    J’ aimerais savoir comment vous avez réussi à rassembler dès votre première année l’ensemble du matériel Montessori que les enfants utilisaient dans votre classe? Aviez-vous établi un projet en amont avec la commune de Genneviliers pour l’acheter ?
    Les budgets des communes petites et moyennes sont tellement restreints et ce matériel relativement cher.

    • Bonsoir Brigitte, merci pour votre message et pardon d’y répondre si tard !
      J’avais trouvé une aide financière auprès d’une association. Mais il me semble que le plus efficace maintenant serait de lancer une campagne de crowdfunding comme certains enseignants l’ont fait, ou d’inviter la mairie à participer à votre projet. Je vous souhaite en tous cas le meilleur !

  29. Tapia Laurence a dit:

    Par ailleurs, y a t-il des moyens pour des collégiens de rattraper leur retard si les fonctions exécutives et un environnement bienveillant n’ont pas / peu été de mises en maternelle ?
    Merci pour votre réponse, bonne continuation !
    Laurence

    • Bonne question ! Je dirais la musique. Malheureusement peu d’études nous apportent de telles informations. Nous ne savons pas vraiment dans quelle mesure il est possible de rattraper un sous développement exécutif… je n’ai pas connaissance d’études qui indiquent cela. Mais il semblerait néanmoins que la musique, et la gestion d’un projet individuel qui passionne l’enfant, aident beaucoup. Je vous invite à regarder le TEDx du Pr Adele Diamond, spécialiste internationale des fonctions exécutives. Elle évoque cela et la difficulté justement à trouver des financements pour mener de telles études qui indiquerait dans quelle mesure nous pouvons rattraper ce qui a été peu développé et comment.

      A mon sens, peu importe l’activité : tant que l’enfant est passionné et engagé psychiquement et physiquement ses fonctions exécutives travaillent à plein régime. Si vous faites faire de la musique à un enfant qui n’en a pas envie, cela ne fonctionnera pas. Puisqu’il s’agit de développer sa capacité à agir et à planifier son action, l’enfant doit par conséquent être pleinement engagé !

      Attention aussi : l’alimentation actuelle, bourrée de sucre, d’additifs, et de conservateurs et dénuée de nombreux minéraux dont notre cerveau a besoin pour fonctionner…impacte fortement l’activité du cortex préfrontal, siège des circuits des fonctions exécutives. J’ajouterai donc qu’il est fondamental de manger sainement. Belle nuit !

  30. Magali Massot a dit:

    En transition en novembre, j’ai complétement basculée en année 0 en février : Une semaine et demie après, inspection d’école, trois inspectrices à la fois dans ma classe ! Elles ont été conquises, une veut revenir pour filmer ma classe ! L’article de Télérama a permis d’aborder le sujet avec les ADSEMS de l’école, mes collègues sont partants pour étendre l’expérience l’année prochaine ! Tout va très vite et on va avoir besoin de la suite de votre travail, alors surtout continuez ( livre, vidéos, …)
    J’espère que vous allez tenir financièrement jusqu’à la parution du livre qui sera un énorme succès, c’est certain.

  31. Tapia Laurence a dit:

    Merci pour votre expérience et votre enthousiasme ! Nous arrivons en effet à la fin d’un système. Je suis une formation en gestion mentale (A.de La Garanderie) dont les intuitions et observations trouvent en partie écho dans les neuro-sciences. Avez-vous une idée d’un collège qui s’inspirerait de vos travaux ?
    Avec mes remerciements et encouragements,
    Laurence Tapia, Vendôme 41

    • Bonsoir Laurence, nous avons étendu la carte aux écoles Élémentaires, aux Collèges et aux Lycées.
      http://www.celinealvarez.org/carte N’hésitez pas à vous y inscrire ! J’espère que vous trouverez très rapidement des enseignants oeuvrant dans le même sens ! Belle nuit !

  32. Albert Mevellec a dit:

    Je suis à 100% avec vous, j’aime votre enthousiasme, je parle de votre expérience à beaucoup de mes amis et relations dont des enseignants chercheurs de l’Université locale qui certes font de la résistance mais je les comprends un peu… il n’est pas si facile de changer et reconnaître que l’on fait fausse route quand on travaille dans une institution, où j’étais moi-même avant la retraite, où le fonctionnarisme et le mimétisme modélisent une médiocrité qui ne satisfait ni ne dérange la majorité des acteurs et la conforte relativement dans la conservation. Mais c’est déjà trop critiquer, quelqu’un a dit : il ne faut pas lutter contre le mal mais ajouter du bien et c’est ce que vous faites avec passion. Merci.

  33. Pauline a dit:

    Bonjour Céline
    merci pour tout ce partage, qui me fait réfléchir énormément sur ma pratique ! je suis en marche vers le changement, grâce à vous. J’attends la parution du livre avec impatience.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s