The learning revolution

Dans la suite à la fois poignante et amusante de sa fameuse présentation de 2006, Sir Ken Robinson plaide pour un apprentissage personnalisé en lieu et place des enseignements standardisés – il s’agit de créer les conditions où les talents naturels des enfants peuvent s’épanouir.

« (…) Et les ressources humaines, comme les resources naturelles, sont souvent enterrées profond. Il faut prospecter. Elles ne sont pas étalées au grand jour. Vous devez créer les circonstances où elles se révèlent. Et vous pourriez imaginer que ce serait là, le résultat de l’éducation. Mais trop souvent, ce n’est pas le cas. Tous les systèmes éducatifs du monde sont en pleine réforme aujourd’hui, et ce n’est pas assez. Réformer ne sert plus à rien, parce que c’est simplement améliorer un modèle inopérant. Ce dont nous avons besoin — et le mot a beaucoup été utilisé ces derniers jours — ce n’est pas une évolution, mais une révolution de l’éducation. Elle doit être transformée en quelque chose d’autre.  

L’un des véritables défis est de renouveler dans ses fondements en éducation. Innover est dur parce que c’est faire quelque chose que les gens ne trouvent pas facile pour la plupart.C’est remettre en cause ce que nous tenons pour acquis, les choses que nous pensons évidentes. Le grand problème pour réformer ou transformer est la tyrannie du bon sens, ce dont les gens pensent, « On ne peut pas le faire autrement parce que ça se fait comme ça. »  Nous devons aller de ce qui est essentiellement un modèle éducatif industriel, un modèle manufacturier, qui est basé sur la linéarité et la conformité et des fournées de gens, vers un modèle qui est davantage basé sur les principes de l’agriculture. Nous devons reconnaître que l’épanouissement humain n’est pas un processus mécanique, c’est un processus organique. Et vous ne pouvez pas prédire le résultat du développement humain; tout ce que vous pouvez, comme un fermier, c’est créer les conditions dans lesquelles ils vont commencer à s’épanouir.

Les commentaires sont fermés.